Credible Climate Action
Menu

Vous êtes ici

En 2022, la voiture électrique sera vraiment moins chère que la voiture à essence ou diesel

04 / 2016
En 2022, la voiture électrique sera vraiment moins chère que la voiture à essence ou diesel

D’après une étude de Bloomberg New Energy Finance, les subventions ne seront d’ailleurs plus nécessaires.

Aujourd’hui, la voiture électrique ne représente que 1 pour cent du parc automobile. Selon les analystes du bureau d’étude spécialisé Bloomberg, derrière ce chiffre se cache une percée qui risque de surprendre les autorités et les entreprises pétrolières. En effet, suite à la baisse du prix de revient des batteries, les prévisions indiquent une hausse rapide à partir de 2020.

À l’horizon 2040, plus d’un tiers de l’ensemble des véhicules neufs vendus dans le monde sera électrique, soit quelque 41 millions de voitures par an. Si la percée se confirme dans les flottes de véhicules d’entreprise, cette part pourrait même atteindre la moitié. Cette étude voit également la vente des véhicules hybrides chuter après 2030, au fur et à mesure de la baisse des prix des véhicules électriques.

Moins chers

« Le travail que nous avons réalisé à propos des prix des batteries est au centre de cette étude », explique Colin McKerracher, analyste en chef de BNEF. « Les batteries au lithium coûtent aujourd’hui déjà 65 pour cent de moins qu’en 2010. Nous nous attendons à ce que le prix actuel de 350 dollars par kilowattheure chute nettement sous les 120 dollars d’ici à 2030 et que celui-ci baisse encore davantage lorsque de nouvelles technologies de batteries feront leur apparition. »

D’après l’étude, d’ici à 2022, le coût total pour l’achat et l’utilisation des voitures électriques sera par conséquent nettement moins élevé que celui des voitures à essence ou diesel, et ce sera le début de la véritable percée. Même si le prix du pétrole devait s’effondrer davantage, l’effet sera limité. La voiture électrique pourrait dès lors être concurrentielle en termes de prix, trois à neuf ans plus tard au maximum.

Subventions

En revanche, l’étude n’a pas tenu compte des éventuelles subventions ou des avantages fiscaux, en vigueur dans bon nombre de pays dans le cadre de la lutte contre la pollution atmosphérique. Ceux-ci pourront réduire le prix de la voiture électrique beaucoup plus rapidement encore.

En outre, l’étude prévient que la percée rapide aura également des conséquences importantes en dehors du marché de l’automobile. En effet, si les véhicules électriques représentent un quart du parc automobile, cela signifie 13 millions de barils de pétrole en moins par jour. En revanche, les véhicules consommeront 1.900 térawattheures – soit quelque 8 pour cent de la demande mondiale actuelle en électricité.

Our community:
Naturalogic
CO2 Label